Douleurs de  l' Epaule

 

 

Anatomie & Physiologie

 

Les mouvements du bras au niveau de l’épaule sont effectués au niveau de 2 articulations :

-  l’ensemble omoplate-clavicule bascule vers le haut et l’avant et dans le sens opposé en pivotant au niveau de l’articulation sterno-claviculaire. L’articulation acromio-claviculaire (omoplate-clavicule) est négligeable, car de très faible amplitude. C’est plutôt un lieu d’amortissement. (A noter que seuls les bipèdes et les oiseaux ont une clavicule : chez les quadrupèdes elle casserait lors des réceptions sur les membres antérieurs, et elle n’y est pas nécessaire, car les mouvements de l’omoplate ne sont pas identiques.)

-  dans un 2e temps le mouvement est amplifié et affiné au niveau de l’articulation scapulo-humérale (entre l’omoplate et l’humérus). Cette articulation possède beaucoup de possibilités directionnelles : flexion/extension (antépulsion et rétropulsion, c’est-à-dire bras vers l’avant ou l’arrière), abduction/adduction (écartement ou rapprochement du corps), rotation interne ou externe (médiale/latérale). En règle générale plusieurs de ces mouvements sont combinés.

Il y a donc de très nombreux muscles qui gèrent les mouvements de l’épaule à ces deux niveaux. De plus il faudra, comme d’habitude, distinguer les muscles qui créent les mouvements et ceux qui maintiennent les positions ainsi obtenues (voir annexe 1).

Ce sont ces derniers qui maintiennent également la congruence de l’articulation scapulo-humérale, qui autrement serait trop lâche pour servir à quoi que ce soit.

 

Effets de la Brachy-Myothérapie

 

Le mécanisme le plus vraisemblable des douleurs de l’épaule est donc la contracture musculaire, qui en l’occurrence n’est pas primaire mais compense des contractures de muscles du cou. Un traitement local de l’épaule n’est donc même pas toujours nécessaire : traiter les contractures du cou suffit bien souvent, rendant inutiles les compensations au niveau de l’épaule.

Bien que la médecine officielle aime faire de nombreux diagnostics différents concernant les douleurs de l'épaule- Périarthrite scapulo-humérale (PSH), épaule gelée, rupture de la coiffe des rotateurs, capsulite rétractile, entorse acromio-claviculaire, syndrome du défilé sous-acromial, épaule mixte, etc. - il n'y a donc en pratique qu'une seule cause à toutes ces variantes possibles : la contracture de compensation.

De plus la médecine classique se focalise sur les seuls muscles de la ‘coiffe des rotateurs’, et plus particulièrement sur le Sus-Epineux (Supra-Epineux). Si le muscle sus-épineux est effectivement souvent contracturé, il est cependant loin d’être le seul : en fait  tous les muscles qui maintiennent des postures au niveau de l’épaule peuvent se retrouver contracturés, et ils sont nombreux.

Puisque ces contractures compensent des contractures du cou, elles sont souvent restées latentes après le choc souvent ancien qui a provoqué les contractures de muscles cervicaux. Un jour, un facteur déclenchant va faire que ces contractures se manifestent au niveau de l’épaule par des douleurs et des limitations de mouvement : il peut s’agir d’un choc au niveau de l’épaule, d’un faux mouvement, de gestes répétitifs, etc. Ces évènements ne sont donc nullement des causes, mais de simples facteurs aggravants, qui augmentent encore le tonus de muscles déjà contracturés de façon latente, asymptomatique, qui vont alors se manifester de façon douloureuse et/ou limiter les mouvements.

Car cette contracture locale est toujours un maillon d'un processus de compensation, ayant son origine au cou. La structure de l’épaule est suffisamment solide uniquement parce que ce sont les muscles qui la maintiennent. Ils n'y sont cependant pas surmenés, donc ils ne peuvent pas être contracturés de façon primaire.

Le traitement d'une douleur d'épaule se fera donc toujours par celui des muscles à l’origine de la réaction de compensation, situés au cou, plus éventuellement par un traitement local. Sachant que parfois les contractures du cou compensent celles des chevilles dues à une vieille entorse : dans ce cas c’est là que débutera le traitement par Myothérapie. (De nombreux exemples de cas concrets sont donnés dans le livre Myothérapie, douleurs articulaires, du même auteur - disponible en version numérique ou papier).

A noter aussi que l'aggravation des douleurs par la rééducation par kinésithérapie classique n’est pas rare, si elle se fait par une musculation ou simplement en faisant travailler les muscles. En les faisant forcer on aggrave la contracture, alors que la normalisation par Myothérapie s'apparente plutôt en quelque sorte à une mise au repos du système musculaire, ou plus exactement à un retour à son tonus et son fonctionnement normaux.

 

TEXTE COMPLET :

 

      NEVRALGIES CERVICO-BRACHIALES  &  DOULEURS du COU


& Douleurs de l'Epaule, douleurs du Coude, Canal Carpien

 

 

Ce livre vous sera envoyé en format PDF à reception de votre commande (délai 1 à 3 jours)

 

 

Disponible ici                           8,50 €

et aller en bas de page


Table des matières    

 

1. Tout commence par le Cou ….. 9

La contracture musculaire. 9

Les compensations. 12

Rappel anatomo-physiologique du Rachis Cervical 14

Cause et traitement de fond de la douleur cervicale. 14

L’exemple du ‘Coup du Lapin’ 14

Hypothèses classiques, mais discutables. 16

Arguments en faveur d’une cause musculaire aux Douleurs Cervicales. 19

Evolution des douleurs dues à des Contractures musculaires. 22

Conclusion. 24

Évaluation des effets de la Myothérapie. 24

Gains d'amplitude des mouvements cervicaux. 24

Cervicalgies chroniques : effets sur la douleur. 26

2. Douleurs de l’épaule. 29

Anatomie & Physiologie. 29

Diagnostics classiques, mais discutables. 30

Périarthrite Scapulo-humérale (PSH). 30

Rupture de la coiffe des rotateurs. 30

Syndrome du défilé sous-acromial 31

Capsulite rétractile. 32

Epaule gelée. 32

Tendinite (du biceps ou autre). 33

Calcification. 33

Arthrose. 35

Rhumatismes inflammatoires. 35

Effets de la Brachy-Myothérapie. 35

Conclusion. 37

3. Névralgie Cervico-Brachiale (NCB). 38

Description. 38

Cause & mécanisme. 38

La hernie discale cervicale. 40

L’arthrose. 40

Arguments en faveur d’une cause musculaire des NCB. 41

Effets de la Brachy-Myothérapie. 43

Étude comparative en “cross-over” ou “en série chronologique”. 44

Critères de l'étude : 44

Résultats : 45

En conclusion, l’on observe: 47

4. Douleurs du Coude. 48

Cause et mécanisme. 48

Diagnostic. 49

Traitement. 50

Etude comparative. 51

Patients & Méthode. 51

Résultats : 52

Discussion : 53

Conclusion. 55

5. Syndrome du Canal Carpien. 56

Version officielle. 56

Le point de vue musculaire. 57

Mécanisme du SCC. 58

6. Douleurs des doigts. 60

Entorse interphalangienne. 60

Arthrose ?. 60

Maladie de Dupuytren. 60

Doigts à ressaut. 60

Bibliographie. 61

Annexes. 62

La contracture musculaire. 62

Fonctions des muscles. 63

Le réflexe myotatique. 63

Deux sortes de fibres musculaires. 65

La contracture musculaire. 67

Les compensations. 69

Qu’est-ce que la Myothérapie ?. 71

Quelles sont les particularités de la Brachy-Myothérapie ?. 72

Quelques autres spécificités de la Myothérapie. 72

Comment expliquer l'action de la Myothérapie ?. 74

Adresses utiles. 76